Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACMAT : Le blog du VLRA
  • ACMAT : Le blog du VLRA
  • : WWW.ALM-ACMAT.COM, Le blog des passionnés de VLRA...
  • Contact

L'univers du VLRA 1

VLRA1-JRP.jpgLe spécialiste du VLRA 1

stock permanent de véhicules et de pièces détachées

Recherche

7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 10:31
 

Les feux sont au vert pour les véhicules ACMAT - Saint-Nazaire



mercredi 11 février 2009

 

 Spécialisé dans le véhicule militaire, l'entreprise de matériel lourd routier poursuit son développement. Avec les yeux tournés vers le secteur civil.

« C'est la première année que les salariés vont toucher une prime d'intéressement. Cela ne s'était pas vu ici depuis près de quinze ans. » Rare qu'un patron se félicite de donner de l'argent à son personnel. C'est le cas chez ACMAT, entreprise de matériel lourd routier, militaire et civil, implantée au Point-du-Jour. Moun Bourjij, directeur général, ne cache pas sa satisfaction à la lecture des chiffres comptables de la société, après son rachat par le groupe Renault Trucks en 2006. « Nous avons un résultat positif à deux chiffres avec une progression du chiffre d'affaires de 30 % en 2007, et de 35 % en 2008, qui confirme le redressement de l'entreprise. La meilleure progression en chiffre d'affaires et en rentabilité de toute l'histoire d'ACMAT. » D'autant plus intéressant que « cette hausse n'est pas due à de gros contrats exceptionnels », insiste Moun Bourjij.

Ce succès, le directeur général entend le partager avec l'ensemble des quelque 140 salariés et de la trentaine d'intérimaires. « Le sérieux, la volonté, les compétences du personnel ont payé. Dans les moments difficiles, il n'a jamais baissé les bras. Tout le monde a retroussé ses manches : aujourd'hui, on en récupère les dividendes. » La maison mère Renault Trucks soutient l'aventure en « continuant de miser sur ACMAT », reconnaît Moun Bourjij qui évoque la refonte à neuf des bâtiments nazairiens. « Un investissement global de 5 à 10 millions d'euros portant aussi bien sur le site que sur l'outil industriel. »

Portes ouvertes sur le civil

C'est dans ces conditions qu'ACMAT a présenté deux nouveaux modèles en 2008 : le remplaçant du VLRA (Véhicule léger de reconnaissance et d'appui) et un petit véhicule 4 x 4, l'ALTV (ACMAT Light Tactical Vehicle). « Ces engins, déjà en commande, sont en cours de production », explique Moun Bourjij, en expliquant que l'entreprise sort « entre 300 et 500 véhicules par an, de la conception aux essais de chaque modèle avant la livraison ». Avec pour principales destinations, hormis l'armée française, les pays d'Afrique et du Moyen-Orient, le chiffre d'affaires atteignant 90 % à l'export.

Si l'image militaire colle à ACMAT, cela n'empêche pas l'entreprise de s'ouvrir sur d'autres domaines. « Nous réalisons une nouvelle gamme de produits qui va nous permettre de développer le secteur civil. Il s'agit de véhicules robustes et fiables appelés à intervenir dans les secteurs d'opérations comme l'industrie pétrolière, les mines et le tourisme. » De quoi alimenter un carnet de commandes jusqu'en 2011-2012, d'assurer quelques embauches et de remplacer les départs.

Eric MARTIN. Tous droits réservés.

Source : http://www.ouest-france.fr/themes/saint-nazaire/tous/2009/02/11/articles-44184.html

 

 

Commentaire :

 

Dans les années 1995, l’absence de motorisation norme EURO3, dans l’offre constructeur avait été la cause majeur du désintéressement pour le VLRA des services d’incendie départementaux, principaux utilisateurs avec les militaires. La marque s’était vu définitivement confinée aux marchés exports et à l’armée française.

 

Mais aujourd’hui, toutes les administrations de l’état se doivent de respecter l’environnement et les armées ne font pas exception. Pour qu’elles puissent rouler sur le réseau routier européen, tous les véhicules neufs doivent respecter la norme EURO5 depuis décembre 2008. C’est un dilemme, car il n’est point utile de sortir d’une grande école pour comprendre que plus un système est complexe et plus il a de chance de tomber en panne.

 

Pour atteindre la norme EURO5, pas de salut sans électronique. Si les équipementiers automobiles continuent d’améliorer la fiabilité de leurs composants et systèmes électroniques, il faut reconnaître que cela ne facilite pas le soutien et le dépannage. La question ne se pose vraiment qu’en opérations extérieures lorsque le soutien est réduit à sa plus simple expression et où les notions de fiabilité et de robustesse prennent tout leur sens. Différentes hypothèses : on admet cette modernisation et on fait avec sur le plan opérationnel, ou on demande des dérogations pour pouvoir utiliser des véhicules dans une configuration moins contraignante et plus opérationnelle (avec motorisation en norme EURO3).

 

Les nouvelles productions d’ACMAT collent bien à l’image de l’entreprise, même si d’une part le nouveau VLRA n’est pas encore pleinement achevé, et d’autre part l’ALTV reste la militarisation d’un véhicule civil à la base (NISSAN Navarra Heavy Duty). Les véhicules ACMAT devront donc faire leurs preuves pour convaincre le secteur traditionnel des militaires et en particulier l’armée française (ce qui permet d’afficher le fameux « FRENCH ARMY APPROUVED » sur ses brochures publicitaires). Même chose pour le secteur civil, où l’on retrouve de nombreux véhicules équivalents. La bataille est serrée et les ténors de chaque catégorie (Unimog vs VLRA2 et Defender vs ALTV) ne s’en laisseront pas compter pour autant.

 

©RIVIERE Emmanuel www.alm-acmat.com

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by RIVIERE Emmanuel - dans Actualité
commenter cet article

commentaires